Les niveaux de transe

 

J’en ai fait des titres tendancieux mais celui-ci est particulièrement inexact. Ou plutôt, il ne reflète pas la réalité des choses. En hypnose, vous entendrez souvent parler de niveau de transe, de profondeur, de degré et d’état plus ou moins particuliers. Si vous avez gratté un peu ce qui se fait, vous aurez peut-être entendu parlé d’état « ultra deep », etat d’Esdaïl… ou que sais-je encore. Ce sont des mots commerciaux.

Avant d’expliquer tout ça, j’aimerai revenir sur le concept de niveau et d’état. Un niveau est quelque chose qui se mesure par un moyen ou un autre. Et un état est quelque chose où l’on se trouve ou pas. Dans les deux cas, on est à ce niveau X et pas à l’Y. On est à l’état A et donc pas l’état B.

L’hypnose, pour moi et je ne suis pas le seul, ce n’est pas un état. Pour rester dans le domaine un peu mathématique se serait un ensemble. Et dans cet ensemble, il y a des sous ensembles avec certaines propriétés. Vous pouvez donc avoir une transe qui comporte un ou plusieurs sous ensemble voire une partie d’un sous ensemble et un autre sous ensemble complet.

Pardon de vous perdre. Tout ça pour dire qu’une transe est difficilement catégorisable et n’est pas sécable en état.

Pourtant, l’esprit humain est ainsi fait qu’il désir catégoriser et graduer.

Je vais vous présenter ce que j’estime être des niveaux de transe et comment savoir si on y est.

Ceci est purement à titre indicatif, ne reflète que mon avis personnel et est assez loin de ce que je pense être réellement une transe. (Mais comme c’est une question que l’on me pose souvent, autant essayer de normaliser un peu tout ça.)

Pas de transe : Le volontaire vient d’arriver et ignore que vous êtes hypnotiseur.

Transe légère : Le volontaire désire être hypnotisé et vous lui avez expliqué ce qu’était l’hypnose pour vous. Vous devrez vous apercevoir d’une augmentation de la concentration du volontaire. Les phénomènes hypnotiques sont légers mais présents. Le volontaire ne remet pas en doute le fait de vivre quelque chose d’exceptionnel. Par contre les phénomènes « challenge » ne passe pas de manière satisfaisante pour le volontaire comme pour l’hypnotiseur.

Transe de travail : Le comportement du volontaire est suffisamment différent de l’étape « pas de transe » pour enlever tout doute sur le fait qu’il y ait une transe. Le volontaire peut passer de long moment sans bouger spontanément et semble très concentré sur un sujet à la fois (souvent l’hypnotiseur). La plupart des phénomènes « challenge » passent (sauf ceux avec résistances) et ne perturbent pas le volontaire. Les ré-inductions sont très simples à réaliser et efficaces. Le travail avec les suggestions est plus limpide et l’inconscient semble très présent.

Transe dissociative : Le volontaire boit les paroles de l’hypnotiseur et ne semble plus faire d’effort pour essayer les « challenge », il accepte comme vrai les suggestions sans trop hésiter. Les retours à la réalités sont plus rares et sont souvent dû à l’instinct et à l’esprit critique qu’à la logique pure. L’inconscient agit beaucoup plus et laisse souvent le conscient passif ou spectateur. Il est fréquent qu’une forme de stupeur s’installe. Mais une suggestion peut supprimer aisément la stupeur. Le volontaire réponds également de manière plus allégorique. Encore que c’est sûrement dû aux questions orientées de l’hypnotiseur.

Transe profonde : En plus des effets de la dissociation, les amnésies spontanées peuvent être fréquentes. Les hallucinations sont perçues comme réelles et les retour à la réalités ne se font que par instinct de conservation (physique ou moral. Une suggestion complètement inappropriée peut suffire à faire sortir d’une transe même profonde)

Somnambulisme : Tant que la suggestion ou le phénomène est acceptable pour l’inconscient, le conscient n’a plus son mot à dire. Le volontaire fait au mieux sans s’apercevoir de l’irréalité de la chose. Tous les phénomènes sans blocage passent sans que le conscient n’y trouve à redire. Tout est normal pour le volontaire. Sa réalité devient celles des suggestions. Souvent, sans suggestion de l’hypnotiseur, le volontaire reste là, en l’état et attend.

Voici des niveaux de travail. Selon moi. Mais il y a beaucoup à y redire. Prenez ça comme un brouillon de réflexion. Un tout début de piste.

Cette échelle que j’ai inventée illustre l’intensité laquelle on peut vivre un phénomène hypnotique.

L’écran de l’orgasme

L’idéal serait d’avoir écouté l’audio [HYPNOSE] AUDIO POUR TROUVER SON ANIMAL INTÉRIEUR juste avant de lire le texte, quand bien même tu n’as pas encore trouvé ton animal.

Un petit cliché ne fait pas de mal ;)

Maintenant que tu as bien ma voix dans la tête, tu vas lire ce texte avec ma voix. Je te demanderai d’être bien installé, confortablement. Prends une grande inspiration et plonge dans le récit que je te conte.

Cet écran-là est une frontière. Une bien drôle de frontière entre le rêve et la réalité, entre le tangible et l’irréel. Quand on regarde cet écran-là, on s’aperçoit rapidement qu’il peut nous emmener loin très loin, tout en étant confortablement détendu. C’est d’ailleurs très particulier, si tu te concentre sur chaque mot, tu t’aperçois qu’ils sont constitué de lettres, elles-mêmes constituées de lignes et de courbes. Des lignes et des courbes constituées de pixels. Ces pixels sont constituées de lumière. Et ces lumières, en remontant la totalité font sens. Tu aimes quand les choses sont sensées, n’est-ce pas ?

D’ailleurs la dernière fois que tu as regardé cet écran, n’était-ce pas pour exactement la même chose ? Rechercher quelque chose ? Oui, c’est ça on cherche toujours quelque chose lorsque l’on regarde cet écran. N’est-ce pas fabuleux ? Excitant même. Quelle étrange et agréable sensation que de savoir que l’on peut tout avoir au bout des yeux. Que d’un simple regard, on embrasse un million de pixels, on se sent petit devant tant et tant de mots, et on se sent grand devant tant et tant d’informations.

Lumière et ténèbres se succèdent en des sens de plus en plus sensé et donc de moins en moins ordonné. Perdu dans la méditation de ce qui fait pourtant sens.

Tu peux être tellement concentré que tu as l’impression d’avoir oublié de respirer. Inspire. Très bien. N’est-ce pas étrange comment ma voix résonne dans ta tête ? Tu lis les pixels qui forment des lignes et des courbes qui forment des lettres qui forment de mots qui forment de sens sensés. Inspire.

On est bien là, non ? En tout cas, je suis très bien, moi, juste dans ta tête. Je sens la chaleur monter en toi. Tu as lu le titre du texte, tu entends ma voix, tu sais donc qu’un animal fougueux sommeil en toi. Quelque chose de primaire, d’impérieux se réveille au fur et à mesure que je l’appelle. Inspire et détends toi un peu plus.

L’écran, dont tu sens l’appel désormais, parle en quelque sorte. Combien de chose érotique a-t-il affiché ? Beaucoup je suppose. Je sens le désir monter rien qu’en t’en parlant. Je l’ai deviné et tu le sais. C’est plus chaud. Il y a une sorte d’énergie sur cet écran, n’est-ce pas ? Peut-être as-tu même eu un flash de la chose que cet écran à affiché qui t’a excité le plus. Avoir un flash quand on regarde un écran de lumière est parfaitement logique. Inspire. Laisse le plaisir monter en toi.

Tu as remarqué comme le souffle change rien que lorsque l’on pense à l’orgasme ? Même ma voix est légèrement plus rauque. Expire. Et Inspire. Tout à l’heure, tu peux t’y préparer ou l’imaginer, j’aimerai que tu es un orgasme ; simplement parce que je te le demande. Si tu es d’accord, tu peux continuer de lire et de m’entendre te guider. Et je sais déjà que tu continues de lire, tu es déjà pris dans l’ambiance qui s’installe entre nous. Inspire. Tu l’as senti, non ? Il se passe quelque chose. C’est plus vraiment de la détente et de la concentration, n’est-ce pas. Quelque chose est en train de grandir et de s’imposer à toi. Préfères-tu te laisser transporter maintenant ou plus tard ? Continuons à explorer cet écran. Inspire. Tu as du t’en apercevoir désormais, ta vision est centré sur l’écran et ton esprit commence a dériver vers le plaisir. Juste en lisant mes mots. En entendant ma voix. Sans oublier de respirer. Inspire.

Note également comme ton corps s’est mis dans des dispositions particulières. La température a changé, les énergies se concentrent de plus en plus… là où tu sais qu’elles doivent être. Ce fascinant écran où tu as déjà vu des choses tellement excitantes, où tu as déjà atteint de grand plaisir. Cet écran qui va te faire jouir comme libéré d’un immense poids. Complètement détendu. Attentif. Impatient. Et pourtant à l’écoute du moindre de mes mots. Inspire.

 

5, on peut voir à la fois les mots et autres choses de beaucoup plus…

4, en même temps, cette main là pourrait aller là-bas pour s’amuser un peu

3, et découvrir qu’on est plus détendu…

2, deux fois plus excité

1, en feu

 

Il y a une sorte de film qui est en train de se dérouler dans ta tête, je le sens. C’est ton orgasme qui grandit, qui croit. Laisse le pousser, arrose le. Motive le. Cet écran a vu bien plus, il en veut beaucoup plus. Tellement plus. Serais-tu d’accord pour te laisser complètement aller ?

Oui ?

Tu es sûr ?

Alors très bien. Cette main qui s’amusait un peu tout à l’heure, tu vas la déplacer et aller toucher l’écran. Au moment où tu toucheras l’écran, ce sera comme électrique, comme fusionnel, tu auras un orgasme hypnotique.

Touche le maintenant.

 

Bravo. Je suis content que tu te sois amusé avec ton écran.