L’occultation

La dissociation n’est évidemment pas une fin en soit. Mais ça reste un excellent moyen de vivre ses fantasmes hypnotiques.

Il existe d’autres manières de faire expérimenter de l’hypnose extrême. La dissociation en est une évidemment mais aujourd’hui nous parlerons de l’occultation.

Qu’est-ce ?

L’occultation est un terme que j’utilise personnellement pour parler d’un phénomène rare en hypnose : le somnambulisme. Si vous ignorez ce qu’est le somnambulisme alors cet article n’est pas pour vous car l’occultation est la recherche du somnambulisme suggéré.

De manière plus technique, plutôt que de séparer le conscient et d’en faire un spectateur impuissant, l’occultation cherche à enfermer le conscient, à la séparer de tous les stimulus externes. La perte de contrôle est totale car il n’y a plus de conscient pour contrôler.

Sensations

Alors… Pour une fois je ne peux pas vous décrire ce phénomène personnellement car je ne l’ai jamais vécu. Je peux tout de même vous retranscrire ce que des somnambuliques m’ont rapporté.

Tout ce que dit l’hypnotiseur est pris au premier degré. Il parle vrai. Inutile de se fatiguer à utiliser de l’indirect, des métaphores, dites la suggestion et si l’inconscient est d’accord, ça se passera.

Dans la fiction vous avez deux manières de présenter l’hypnose. La première est extérieur à l’hypnotisé, la personne a le regard vide, agit comme un zombi, c’est la vision fantasmée de la dissociation. La seconde se passe à l’intérieur de la tête de l’hypnotisé, les paroles de l’hypnotiseur s’éloigne tandis qu’un noir intense empli l’écran, une sensation de chute, c’est la version fantasmée de l’occultation.

Ce que je peux par contre vous décrire avec certitude, c’est qu’après l’occultation il y aura une amnésie presque complète de cette période. Une distorsion intense du temps passé en transe. Imaginez avoir vécu une anesthésie générale sans être au courant que vous alliez la vivre. Imaginez votre réveil après ça, vous devriez être proche de ce que c’est que de vivre une occultation.

Méthodologie

Alors, je ne pense pas qu’il y ait une méthode pour arriver à suggérer une occultation. Habituellement, le somnambulisme est « accidentel ». Dans les spectacles, l’hypnotiseurs triera sur un grand nombre afin de tomber dessus.  Dans la rue, on y tombera dessus par hasard.

A ce jour, pour être parfaitement transparent, je n’ai jamais essayer de le faire. Parce qu’en partant de zéro, il me faudrait déjà énormément d’heure pour dissocier de manière satisfaisante la personne et que je n’ai JAMAIS eu de relation hypnotiseur/cobaye telle que je me sente à l’aise pour tenter un travail aussi long. Mais si d’aventure je trouvais cette petite perle rare, je m’y prendrai comme ça. (et donc sur un non-somnambulique évidemment)

Première étape, travailler sur la parole automatique. Ce phénomène n’arrive qu’avec une dissociation parfaite et durable dans le temps. Il permet également de détecter facilement les affabulateurs (involontaires). Un expert sait quand la parole est automatique ou non. (Ca n’immunise pas face aux menteurs, mais personne n’y est immunisé de toute manière, il faut l’accepter)

Deuxième étape, pousser l’inconscient à dire ou faire quelque chose de complètement tabou pour le conscient. Le carte morale entre le conscient et l’inconscient n’est pas vraiment la même. Si les fondamentaux sont identiques, les limites sociales, les tabous de comportements sont différents. On s’autorise plus de chose en transe, ce n’est pas par changement de paradigme ; mais bien parce qu’on se limite beaucoup plus que ce qu’on veut vraiment.

Troisième étape, insister sur le tabou. le cobaye doit faire ce que le conscient n’accepterait jamais de faire. Tout en suggérant quelque chose que l’inconscient accepte volontiers. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, vous n’êtes tout simplement pas prêt pour tenter l’expérience.

Quatrième étape, suggérer au conscient de dormir/disparaître.

Du point de vue de l’hypnotiseur

Pour savoir si vous avez occulté le conscient, il n’y pas trente-six solutions. Testez avec des suggestions directes. Tendez lui un oignon et dites lui que c’est une pomme. Faites lui sentir une mauvaise odeur en lui suggérant une odeur délicieuse. Ou si vous êtes sadique, (et qu’il est masochiste), infligez lui une douleur hypnotique.

D’un œil extérieur, le volontaire doit paraitre bien éveillé, capable d’interagir. Mais son univers est complètement distordu, sa volonté est extérieure et le comportement s’en ressent. Sans sollicitation, l’hypnotisé paraitra amorphe ou décalé. Les peurs sont complètement anesthésiées.

Ca n’en fait pas pour autant un zombi, ou un robot. L’inconscient n’est pas idiot, il tolère juste beaucoup beaucoup plus de choses, car contrairement au conscient il se concentre sur ce qui est vraiment important. Faites une suggestion, rien qu’une, qui mette le conscient en alerte et c’est fini.

ATTENTION !

Evidemment le réveil doit être parfait. Préparez un script s’il le faut mais votre réveil doit être celui d’un expert. Un comptage jusqu’à dix et un claquement de doigt ne seront pas suffisant. N’oubliez pas de rappeler à la mémoire ce qu’il s’est passé.  Rassurez votre sujet sans pour autant dramatiser.

L’occultation, peu importe sa durée, doit être le pinacle de votre jeu. Après le réveil, c’est fini. Plus d’hypnose avant un moment. (De toute manière l’hypnotiseur sera complètement épuisé :3 )

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*