Epidémie, hypnose, nouvelles et projets

Voilà longtemps que je n’ai pas posté d’article. Simplement parce que je n’avais rien à y dire. Depuis novembre, je traverse un désert fétichiste. C’est à dire que j’ai des envies, des projets pleins la tête mais je manque de mordant pour les réaliser.

Je l’ai déjà dit, et je le répéterai encore et encore. Pour vivre ses fantasmes, il faut être proactif et réaliste. Et je n’ai pas la volonté pour être proactif en ce moment.

Ou plutôt je ne l’étais plus jusqu’à février. Début février, je commençais à préparer un été fétichiste assez complet avec deux clients et un projet de JdR militaire gay. Bref du bonheur. J’ai même acheté un nouvel uniforme pour ça.
Puis paf ! Confinement !

Ma famille, mes amis et moi-même allons bien et j’ai observé la progression des morts de loin. Mais du coup ça m’a démotivé pour mon été. Actuellement seul 1 des 2 clients reste en stand-by. Il est probable que ce week-end dressage se tienne toujours mais pour ce qui est du militaire, c’est mort (puisque je n’ai rien préparé)

Ne sachant pas quand les boites de nuit vont rouvrir, mon projet « secret » d’hypnose de 2020 est sérieusement compromis. Et j’avoue que ça m’emmerde beaucoup. 2019 a été un échec assez cuisant niveau projet d’hypnose, je comptais sur 2020… raté.

Que va-t’il se passer ? Sur ce site pas grand chose. La meute est un projet qui m’excite beaucoup mais dont je peine à me lancer dedans car ça n’a jamais été fait. J’ignore comment m’y prendre et connaissant trop bien le milieu fétichiste, l’échec me semble inévitable. J’accepte d’échouer car c’est comme ça qu’on apprend le mieux. Sauf que la meute est un projet sur du long terme et il nécessite de la pugnacité dans l’échec. Or les fantasmeurs n’ont rien de tenace, et rares sont les internautes constants dans leur parole.
Ni même des lecteurs assidus…

Le projet n’est pas en standby pour autant, j’y réfléchi encore beaucoup et je mature la préparation. Quand je serai satisfait de l’idée et que je la trouverai réaliste, je lancerai ici et sur Recon un recrutement international !

Pour ce qui est de l’hypnose, j’étudie encore mais je ne pratique plus. Cet été je retourne dans la rue hypnotiser car je vais rouiller sinon. Je préférerai continuer à hypnotiser pour le fétichisme mais  je n’arrive pas à percer dans le milieu. Peut-être que je ne suis pas assez vendeur. Il faudrait aussi que je me déplace plus et plus loin.

Invitez moi à des événements fétichistes ! J’apporterai une plus value indéniable. En plus je suis équipé en cuir, uniforme et lycra. Promis je ne détonnerai pas.

Faites moi de la publicité ! 
Ce site est une vitrine qui montre mon caractère, ma constance et mes compétences. Mes anciens clients peuvent témoigner sur mes capacités. Je ne suis pas timide.

 

Pour finir, j’aimerai remercier mes amis fétichistes sur le skype (Cf Sites Amis) qui m’ont permis de rester présent dans le milieu d’hypnose fétichiste malgré tout.

 

Il ne vous reste plus qu’à changer pour être celui que vous voulez être. L’hypnose et moi-même seront vos alliés dans cette transformation par l’hypnose.

La meute

Je vais placer cet article en « Fiction ».  Mais cet article parle d’un nouvel intérêt que j’ai ; et qui sait peut-être que je trouverai d’autres personnes qui partageront cet intérêt et voudront s’y investir avec moi. Je rêve sûrement tout haut.

La meute est un projet en maturation qui germe dans ma tête depuis quelques jours à peine. Ce projet m’excite et me motive tellement qu’il m’a empêché de dormir. La meute est une envie, un but, un fantasme. C’est un groupe d’hommes soudés qui n’a pour but que la santé de la meute et la réalisation de ses besoins.

La meute c’est un groupe d’homme qui vivent ensemble, dorment ensemble, baisent ensemble et sortent ensemble sans besoin d’intimité. Pas de tabou, pas de faux semblant, le meute se dit tout et accepte tout.

Les meutards, ceux  qui font partie de la meute, vont apprendre à vivre petit à petit avec les autres meutards. A se fondre dans le groupe et à profiter de la force du nombre pour ne plus se juger et se restreindre.

Au début, il me semble évident qu’il y aura des couacs. Il sera difficile de vivre 24/24 avec d’autres hommes sans aucune intimité. Les premières nuits seront courtes et non réparatrice car vivre les uns sur les autres n’est pas évident. Je pense que les premières fois, il faudra se forcer, souffrir pour que le travail porte ses fruits dans la durée.

Comme des soldats ou une équipe de sport, l’objectif est de souder si fortement les meutards qu’ils peuvent agir avec corps et sans ambiguité entre eux. Ils veulent sortir en boite, ils sortent ensemble. Les meutards veulent baiser entre eux, ils n’hésitent pas, ils baisent. La meute veut juste se poser et se câliner, elle le fait.

Pour arriver à un tel niveau, en tant qu’hypnotiseur j’ai une bonne idée de ce qu’il faut faire. Ça va passer par beaucoup de contraintes (surtout au début), des rituels de vie, des règles strictes et une hiérarchie simple avec très peu de privilèges mais absolus.

Il me semble nécessaire aussi que chaque membre doit vouloir s’investir réellement dans le projet. Ne pas abandonner. Perdurer même lorsque c’est difficile ou que ça ne marche pas comme prévu.

C’est sans doute là où est toute la difficulté. Je n’ai jamais trouvé personne qui accepterait d’arpenter un chemin aussi complexe avec moi. Peut-être parce que les sont trop timides ; ou que je suis peu avenant.

Après, ce fantasme est nouveau dans ma tête. J’ignore si d’autres pourrait le partager avec moi, développer l’idée et pourquoi pas, se lancer dans l’aventure. Si c’est votre cas, même par curiosité, on peut en parler sur skype, par mail ou soyons fou, autour d’un verre.

Mon fétichisme : Uniforme

Comme ce fétichisme est sans rapport avec l’hypnose ou la soumission, je ne l’ai jamais vraiment développé ici. Dans cet article, j’ai envie de vous en parler.

Mon fétichisme de l’uniforme est à la fois très simple et très précis.

Un homme doit porter un uniforme qui lui va parfaitement et être parfaitement mis. Puis on doit coucher ensemble avec son uniforme.

Ce que ça signifie c’est que pour déclencher le fétichiste de l’uniforme qui se cache en moi, il faut que

  • Un homme : Doit être de genre masculin, aux attributs masculins, cheveux courts ou rasés, aux formes masculines et à la voix grave.

Disclaimer : On parle de mon fétichisme pas de mes goûts en matière d’homme.

  • L’uniforme : Doit représenter une forme d’autorité et de rigueur dans la vocation. Il y a des exemples dans l’onglet  »soldat ». Il doit être complet, des pieds à la tête sans manquer de rien. Tout doit être raccord.
  • Va parfaitement bien : Il doit être à la bonne taille. Ni trop grand, ni trop petit.
  • Parfaitement mis : Il doit être propre, repassé et mis dans les règles de l’art.
  • Coucher ensemble : Tant qu’à y être…
  • Avec son uniforme : Je serais être imaginatif mais à la fin il ne sera plus « bien mis »

Nul besoin de scénario ou de rôleplay. Nul besoin de se précipiter ou de faire durer des heures. Ce qui compte c’est

Un homme doit porter un uniforme qui lui va parfaitement et être parfaitement mis. Puis on doit coucher ensemble avec son uniforme.

Je n’ai donc pas besoin de porter l’uniforme pour être satisfait mais en porter un n’augmente ni ne diminue mon fétichisme de l’uniforme.

D’un trait 3

Lorsque j’hypnotise, je me sens dominant. Pourtant je ne cherche pas à soumettre mon volontaire. La plupart du temps, c’est la personne que j’hypnotise qui veut devenir soumise. Pour ma part, ce que je cherche c’est trois choses, voir la personne lâcher prise, vivre sa séance sans timidité ni gène, et qu’elle découvre ses ressources cachées.

Que j’hypnotise, je n’ai pas de critère physique ou de besoin particulier par rapport au volontaire. Il doit juste prendre conscience que ce que je désire c’est qu’il se sente bien et qu’il lâche prise ; ce sont mes seules attentes réelles. Bien sûr j’ai des envies très particulières quand à mes idéaux de volontaires. Mais ce sont des envies pas des objectifs ou des buts.

Mes buts sont que tu lâches prise et que tu te laisses aller avec moi. Pas de gène, pas de timidité, juste faire ce que tu as vraiment envie de faire. Je suis devenu allergique au « je ne sais pas » de politesse. Pire que ça, ce « je ne sais pas » m’énerve beaucoup.
Attention, je ne dis pas que tu n’as pas le droit de ne pas savoir. Non, j’insiste, c’est de dire « je ne sais pas » à la place de « je n’ose pas faire ou demander ».

J’ai envie que les gens qui viennent me voir, qui payent pour ça, osent demander. Je préfère avoir à dire « non ceci ne se fera pas parce que X ou Y » plutôt que de demander 100 fois « tu veux faire quoi ? » et entendre « je ne sais pas… »

Je comprends la timidité ou la gène. Et je fais tout mon possible pour en réduire son impact dès le début. Mais il faut savoir que je ne suis pas là pour sortir les vers du nez de quelqu’un. Même si ton cœur bat la chamade à fond, que tu transpires de stress, il faut que tu oses demander. « Je veux que tu m’exhibes. » « Je veux t’appeler par le mot chef devant ton mari. » « Je veux te sucer la queue maintenant. » « Je veux tout arrêter. » Bref, vocaliser ses désirs c’est la base !

Je pourrais dire « non ». Et ? Il faut savoir recevoir un « non » comme ce que c’est ; un refus pas comme une insulte. Je pourrais dire « oui », ce serait dommage de regretter de n’avoir rien dit. Non ?

😉

 

Compte rendu Hypnocamp 2019

Beaucaire, Juin 2019, panique à bord

Ce qui devait être un rassemblement de fétichiste de l’hypnose et du textile, c’est transformé en week-end intimiste entre 2 hypnotiseurs et 3 volontaires. SpiralMaster et moi décidons malgré la défection du troisième organisateur de continuer le projet.

Je sais que les français n’aiment pas parler d’argent mais on a investi beaucoup dans ce projet et il n’est pas question pour nous de faire payer plus les seuls sujets qui ont eu le courage et la politesse de s’inscrire ET de venir.

Même si le projet va aboutir envers et contre tout. Je ne suis ni serein ni heureux de faire le déplacement. Je suis motivé par le simple fait de faire plaisir aux quatre autres participants. Et par un certain côté, j’anticipe la bienveillance des 3 autres personnes.

Lyon, 14 juin 2019, il pleut

Je fais les courses pour 5 personnes et 4 repas. Lorsque SpiralMaster et moi arrivons à l’appart, on apprend qu’on doit partir le dimanche midi pas plus tard. Impossible de négocier, on essaye même pas. Les emmerdes continuent…

Finalement les 3 autres personnes arrivent une par une. On discute, on se découvre sous un léger voile de timidité. On mange et on finit par s’installer dans le grand salon (prévu pour 12 à la base!) et je lance une séance ludique. Elle permet, entre autres, aux deux hypnotiseurs de tester le niveau de suggestibilité. Puis ça me permet de détendre tout le monde. On joue, on s’amuse et puis sans émulation (car peu nombreux) on va se coucher vers minuit.

Lyon, 15 juin 2019, un orage violent se prépare

Après le petit déjeuner, les volontaires choisissent un hypnotiseur. SpiralMaster est sélectionné par A et par V. Tandis que par défaut, mon égo en prend un coup :p, je pars hypnotiser D.

A ce moment-là, les hypnotiseurs savent :

  • A est introverti et peu suggestible.
  • V est d’origine Ukrainienne avec une légère barrière de langage et très suggestible
  • D est moyennement suggestible et je lui plais

Etant 2 vs 3, je prends D avec moi et on va dans la chambre. J’ignore donc ce qu’il se passe dans le salon à partir de maintenant. Je commence la séance assez confiant. Au fur et à mesure de la séance, D vit très modérément les suggestions challenge. On ne dépasse qu’une fois le 4/10 et ce pendant quelques secondes à peine. Il ne lâche pas prise et je n’arrive pas à faire augmenter le score. N’ayant pas envie de l’ennuyer plus longtemps avec du contournement de résistance (ça peu prendre des heures), je décide de me concentrer sur ce qui marche à 9/10 sur lui : les sensations et émotions.

Je place un bouton du rire sur une main, un bouton d’orgasme sur une autre et j’appuie dessus dès que l’envie m’en prends. D semble beaucoup apprécier. Sa libido augmente en flèche et la mienne suit. Je le fais tripoter mon cuir avec des suggestions pour le rendre fétichiste du cuir. On se met en tenue et puis on finit par oublier l’hypnose, on se chauffe un peu, beaucoup et bon je finis par me souvenir qu’on est pas là pour baiser… On se repose un peu en attendant que SpiralMaster finisse sa séance.

On discute un peu lui et moi et il me demande de pouvoir s’occuper seul à seul de A. On discute tous ensemble, on est tous un peu plus détendu. On mange, l’orage éclate.

J’hypnotise V et D ensemble.

D est toujours peu suggestible et cette fois, je n’ai juste pas le temps d’essayer de contourner ses résistances. V, par contre, est très suggestible. Je lui place rapidement un bouton du rire et un bouton d’orgasme. Et je joue avec les bouton des deux. On fait ça pas mal de temps. Puis je fais un changement de prénom de D à chien et de V à chien. D ne changement pas de prénom mais V prend la suggestion à fond.

Je me change en cuir devant eux. (je ne suis pas du tout pudique) et je fais un tout petit peu de soumission avec eux. Lorsqu’on est interrompu par SpiralMaster et A en tenue fétichiste.

« Ok, c’est le moment »

Le cuir n’est pas mon fétichiste, c’est ce que je porte pour faire bander les soumis. Moi, mon kiff c’est le lycra. Je mets mon zentaï tandis que V et D se change aussi. On est tous beaux, on s’assoit et on finit par discuter. On discute tant et si bien que l’heure de l’apéro sonne.

Le repas consommé, on rediscute jusqu’à tard. La partouze prévu est annulée tacitement faute de participant (à 5 c’est pas idéal je trouve). Je finis par me coucher.

Lyon, 16 juin 2019, beau et chaud

Puisque l’on doit tous quitter l’appart à 12H, on range tout pour être serein en fin de matinée.

Puisqu’il nous reste une heure à tuer, je propose une séance collective de 45 minutes basée sur la synesthésie musique => autres sens.

On fait un compte rendu à la fin. Puis à midi on claque la porte de l’appart. Le week-end est terminé.

 

Conclusions personnelles n’engageant que moi et mon ressenti

Je ne suis absolument pas satisfait de ce week-end. Ce n’étais ni ce que je voulais ni ce à quoi j’aspirais lors de la création du projet. Au regard du colloc que j’avais organisé chez moi basé sur l’hypnose non fétichiste (on était 7 hypnotiseurs), on est très loin de l’émulation espérée.

Je reste profondément déçu par le nombre d’inscription puis d’annulation dans le silence le plus complet. Et cette déception ne m’a pas quitté du week-end je l’avoue. Je n’ai pas été au mieux de mes capacités et je m’excuse pour les présents si je vous ai éventuellement déçu.

Mais, et c’est important de le noter, je me suis beaucoup amusé. L’ambiance était vraiment bonne et les gens très gentils et joueurs. Dans une autre situation (c’est à dire pas que je prévois un hypnocamp), ça aurait été un week-end découverte de l’hypnose fétichiste idéal. Je remercie SpiralMaster, V, D et A de leur présence. C’était follement amusant.

Futur de l’hypnocamp

Oui il y en aura un autre, un jour. Mais pas avant un long moment. La petite communauté de l’hypnose fétichiste est frileuse. Elle n’est pas prête à s’investir dans ce domaine. La plupart souhaite rester derrière leur écran et mater des spirales pendant des heures. Ce n’est pas un mal. Mais ça rend dur l’idée d’un hypnocamp. Je l’ai appris à mes dépends.

Je suis douché à l’eau froide et la leçon a été dûment apprise.

Futur de l’IRL de HYpnoAdmin

Puisque la communauté ne souhaite pas particulièrement me rencontrer et vivre l’hypnose fétichiste en vrai, je vais aller vous chercher directement chez vous.

En 2020, je ne sais pas encore exactement sous quelle forme, je monterai à Paris, dans une boite ou un bar. Et je proposerai un événement hypnotique sur toute une nuit. Ne vous inquiétez pas. Vous serez au courant lorsque le projet aboutira.

 

Fantasme : mythe et réalité

Pour moi, il y a trois catégories de fantasme. Et c’est trois catégories, je m’y retrouve complètement.

Le film

C’est un fantasme qui se prépare en bonne intelligence entre tous les acteurs du fantasme. Qu’il soit complexe ou technique à mettre en place ou simpliste ne change rien ; c’est réalisable avec l’envie de le réaliser.

Exemple personnel :

Coucher avec un macho en uniforme

Le porno

C’est un fantasme réalisable mais trop extrême pour celui qui le fantasme. C’est un scénario qui excite profondément le fantasmeur mais qui l’effraie tout autant et dont il a conscience que ça restera entre lui et ses pornos.
Ou
C’est un fantasme réalisable mais tellement rare ou spécifique, que le fantasmeur ne trouve aucun moyen de le réaliser.

Exemple personnel :

Loper un véritable bodybuilder. (trop spécifique et rare)

Participer à une orgie (rare et surtout effrayant)

Le roman

C’est un fantasme non réalisable pour divers raisons. Soit c’est irréaliste (magie…) soit c’est impossible techniquement (dans l’espace…) soit c’est illégal (viol…) ou un mélange des trois.

Exemple personnel :

Dominer un loup-garou

Conclusion

Je suis un grand fantasmeur. Que mes fantasmes soient réalisables ou complètement fantasques, je sais les définir et ne me sent pas frustré par eux.

Ceux que j’ai envie de réaliser, je vais chercher à les réaliser. Et ceux qui m’effraient ou sont trop irréalistes, je le garde pour mes masturbations. Bien sûr, parfois, des fantasmes « pornos » peuvent devenir des fantasmes « films » et en me souvenant ce qu’ils sont j’évite toute frustration.

La réalité vs le mythe

Même si vous avez défini correctement ce qui est réalisable de ce qui ne l’est pas, il y a deux pièges important à identifier pour éviter toute frustration ou dégoût.

La fiction n’est pas la réalité

Malgré une excellente communication entre tous les partenaires du scénario, il arrivera toujours des moments où ça ne marche pas. On ne peut pas tout prévoir, tout anticiper. Il faut accepter que ça ne se passe pas comme prévu. Il faut faire avec et réussir à trouver son plaisir malgré tout.

L’autre est un humain fantasmeur comme toi

Malgré l’expertise des partenaires du scénario, l’autre reste un humain. Il va sortir du jeu souvent pour faire autres choses. Il va rire, oublier son rôle, ou se confier. Bref, du 100% dans son rôle c’est impossible.

 

Actif, Passif, Dominant, Soumis, Maître, Esclave, Baiseur, Salope…

Un peu de mon vocabulaire et de mes définitions sur le milieu du sexe.

Ces définitions n’engagent que moi et ne concernent que ma propre personne. Ainsi lorsque j’utilise ses mots c’est selon ces définitions.

Actif

Personne qui pénètre ou laisse pénétrer son sexe quelque part.

Passif

Personne qui se fait pénétrer ou se laisse pénétrer de manière sexuel.

Dominant

Personne qui prend en charge les décisions et qui préfère que ses choix passent en priorité. Le dominant décide de ce qui est bon pour lui et exige que le soumis accède à sa demande.

Soumis

Personne qui ne décide pas et prend plaisir à faire passer en priorité les besoins des autres. Le soumis possède des désirs et des besoins qu’il n’attends pas réaliser par lui-même et qui sait que ces besoins ne pourraient ne pas être satisfait pour autant.

Maître

Qui pratique le BDSM en tant que dominant. Personne qui en use les codes et les règles à son profit. Un Maître maîtrise le sujet du BDSM, sait ce dont à besoin un soumis ou un esclave et utilise tous les outils nécessaire pour aller au bout du processus.

Esclave

Soumis à un Maître BDSM. Personne qui subit les règles et les codes du BDSM. Un esclave va se laisser guider et repousser ses limites afin de satisfaire les exigences d’un Maître.

Baiseur

Un actif (principalement) qui a un fort appétit sexuel. Et un besoin d’être viril voire macho lors d’un rapport sexuel.

Salope

Un passif (presque entièrement) qui a un fort appétit sexuel. A un besoin d’être dégradé et réduit à de simples trous.

Sujet

Un fétichiste de l’hypnose qui prend plaisir à être hypnotisé par un hypnotiseur.

 

Le monde du fétichisme

Dans le monde du fétichisme, les personnes sont rarement qu’une seule chose. Parfois quelqu’un est Actif et Baiseur pour l’hypnose et Passif et soumis pour un militaire.

Ce n’est pas le fait d’avoir plusieurs facettes et plusieurs envies qui peut perturber mais le fait de vendre la mauvaise facette à la mauvaise personne.

Pour parler de la personne que je connais le mieux, moi, j’ai très souvent des « soumis » qui me contact sur Recon ou ici (plus rarement) en me demandant d’être leur dominant. Après quelques échanges je m’aperçois vite qu’ils sont en fait des salopes qui désire faire l’étoile de mer face à un baiseur. Et c’est très bien ! C’est très bien d’être une salope et d’avoir faim. Mais c’est rarement ce que je recherche.

Mon sujet « parfait »

Bonjour les hypnocurieux,

99% du temps, lorsque j’hypnotise un sujet, je le fais dans son propre intérêt. Je lui demande ce qu’il veut faire et on travaille ensemble à réaliser ses objectifs.

Dans un week-end dressage hypnotique, je me concentre sur le mental d’un soumis et comment parvenir à mieux vivre cet état. Et c’est super. On travaille sur l’espace mental, on pose des triggers, on joue un peu de soumission, on fait ce pourquoi le sujet est venu.

En tant que dominant, j’aime le moment où le sujet lâche prise. Je prends à ce moment là beaucoup de plaisir. En tant qu’actif j’aime qu’on s’occupe de ma queue et de mon plaisir.

Mais, ce n’est pas ce que je recherche quand je réalise mon fétichisme de l’hypnose en tant qu’hypnotiseur. Je vous ai déjà parlé de ce qui me plaît en tant que sujet et ce qui me plaît en tant que dominant hypnotiseur, mais jamais vraiment ce que je cherche à produire lorsque je réalise mon fétichisme de l’hypnose.

Expérimenter

Un volontaire attentif à mes désirs ne se lasserait pas de me voir échouer, tester, fignoler, répéter, réfléchir, retester et pousser une limite de l’esprit sous hypnose.

Il faudrait que ce sujet soit patient, volontaire et capable de rendre compte le plus précisément possible. Ce sujet, parfait pour moi, se tiendrait disponible et accepterait de me laisser seul décider de ce qui est éthique pour son cerveau.

Repousser les limites du mental

Un volontaire qui est prêt de transformer un « Je ne peux pas » en un « J’ai aimé découvrir »

Il faudrait que ce sujet soit ouvert d’esprit, critique et tolérant. Capable de se connaître assez pour comprendre où sont les limites sacrées et les limites culturelles. Ce sujet, parfait pour moi, serait ouvert au débat et capable de changer d’avis.

Jouer

Un volontaire que son propre esprit amuse.

Il faudrait que ce sujet soit joueur, avenant et épicurien. Ce sujet, parfait pour moi, a un appétit pour le jeu et la découverte et accepterait de jouer les rôles que je lui impose.

Lâcher prise, se soumettre, être soumis

Quelles sont les différences entre lâcher prise et se soumettre et être soumis ? Que veux-je dire lorsque je parle de ses mots ?

Être soumis

C’est un acte volontaire du dominant envers le soumis. Avec l’aide d’une contrainte physique, mentale, le dominant va forcer le soumis à obéir. C’est une part importante du BDSM surtout au début de la relation entre un Dominant et un soumis.

Être soumis par un dominant physiquement c’est être contraint ou restreint par des cages, des liens ou la force physique du dominant. Ça n’a pas vocation a être employé sur du longue durée et surtout ce n’est viable à distance.

Être soumis par un dominant mentalement c’est être contraint à subir des attaques sur son esprit. Un exemple parlant c’est l’humiliation.

Se soumettre

C’est un acte volontaire du soumis envers le dominant. Le soumis va choisir en pleine conscience d’appartenir au Dominant. C’est un moment important pour le dominant car le soumis va gagner en autonomie et agir par lui-même pour satisfaire Son Dominant.

Il y a un avant et un après le fait de se soumettre. Le soumis devient plus volontaire, moins exigent, plus pro-actif. Il se met à écouter réellement le dominant, et accepte plus facilement de se tromper sur lui-même.

En bref, c’est LE moment où tout bascule et où la relation devient réellement Domi/soumis.

Lâcher prise

Dans l’action

Dans une relation BDSM, le moment où la personne lâche prise (Dominant comme soumis) c’est ce moment où le passé et l’avenir n’ont pas d’impact, seul l’instant présent compte.

C’est également un moment viscéral d’acceptation de soit. Le personne embrasse qui elle veut être sans arrière pensé. C’est une forme de déclic instinctif.

Parfois le moment de lâcher prise dure un temps, parfois il est le signal pour un changement en profondeur. Dans les deux cas, c’est une sensation puissante émotionnellement. Si vous n’êtes pas troublé à ce moment là, c’est que vous n’avez finalement pas lâché prise.

En hypnose

En hypnose fétichiste, lâcher prise est une fin en soit. Ce n’est pas son seul but, mais l’instant où l’hypnotisé lâche enfin prise est un délice pour tout le monde.

Comme pour le BDSM, le lâcher prise en hypnose est instinctif, inconscient. Un ou plusieurs déclic se font et une décharge émotionnelle survient.

La plupart du temps, mais pas nécessairement, le lâcher prise vient d’une compréhension, d’une réponse à une question existentielle ou essentielle. Arrive alors un moment où le conscient doit accepter ce qu’il se passe et ne pas retenir.

Si l’hypnotiseur est bon, il va accélérer ce moment par divers astuces.

« GUIDE » DU LÂCHER PRISE

 

Si vous êtes hypnotiseurs, il arrive toujours un moment où le sujet lâche prise en total autonomie. Certains sujets mettront 1H et d’autres des dizaines d’heures. C’est un lâcher prise naturel.

Si vous travaillez sur le lâcher prise, hypnotiseurs ou non, il existe de très nombreux outils pour faire lâcher prise à un sujet ou un soumis. C’est un lâcher prise induit.

Lâcher prise naturel

Pour un hypnotiseur :

Quand un hypnotiseur travaille longuement sur une résistance, le sujet va finir par lâcher prise sinon le phénomène hypnotique ne prendra pas. C’est donc une manière mécanique de faire lâcher prise à un sujet. Il n’y a pas de volonté particulière dans ce sens mais l’hypnotiseur sait que ça risque d’arriver.

Pour un dominant :

Quand un dominant travaille sur les limites, le soumis va finir par lâcher prise. De la même manière qu’un hypnotiseur, le dominant sait que son soumis va finir par lâcher sinon la limite ne pourra pas être dépassée. Mais l’objectif reste la limite pas le lâcher prise en soit.

Lâcher prise induit

Pour un hypnotiseur :

  1. Le fractionnement
  2. L’automatisation de l’inconscient (écriture/parole/geste)
  3. La saturation
  4. L’orgasme hypnotique
  5. Phénomène hypnotique à 10+
  6. Le voyage intérieur
  7. La totémisation

Et d’autres encore. Si des termes vous semblent abstrait c’est normal. Je n’en ai simplement pas encore parlé.

Pour un dominant :

J’en sais rien. 🙂

 

Pour le plaisir

L’ennuie et l’attente dans la soumission

Plus le jeu sera long, plus il y aura de longs moments où il ne se passera rien de notable. Cette phrase est un fait immuable dans les jeux de rôle, fétichistes ou non.

Attendre

La plupart des soumis intègrent assez facilement la notion d’attente. L’attente c’est ce moment de flottement entre deux scènes d’un jeu. Parfois ça dure quelques minutes parfois une demi-heure. Il faut nettoyer un truc, sortir une machin, attacher ou détacher. Bref c’est un moment ni hors de l’action ni dans l’action.

Pour un dominant, les temps d’attente sont nombreux aussi mais peut-être plus reposant qu’excitant. Pour le soumis, les temps d’attente sont souvent signes d’une grosse préparation et donc d’un plus grand plaisir.

Souvent dans le jeu, attendre, c’est bien.

S’ennuyer

Les très rares fois où j’ai eu le rôle de soumis, je n’ai jamais eu le temps de m’ennuyer. Mais très souvent quand je suis dominant, mon soumis va devoir attendre longtemps.

Il va arriver de temps en temps un moment où l’excitation du dominant sera basse ou fatigué ou ayant envie de loisir non fétichiste. Le soumis étant à disposition, si le dominant n’est pas là, le soumis va finir par s’ennuyer.

L’ennuie… Je crois que c’est une chose difficile à accepter pour un jeune dominant comme moi. Quand je dresse quelqu’un pendant un week-end entier, j’ai parfois envie de faire de longues pauses. Parfois, le sujet apprend si vite que si je suis le rythme, le planning va être complètement chamboulé.

Bref, arrive fatalement au moins un moment où le soumis n’aura rien à faire. Il est chez son dominant mais ce dernier fait tout autre chose. Que doit-il faire ? Que doit faire le dominant ? Je ne connais pas la règle.

Mais si je devais donner mon opinion à priori, basée sur mon expérience en dressage hypnotique, je répondrai

Que doit faire un soumis quand il n’a plus rien à faire ?

Rien.  Je pense que si le dominant ne lui a donné aucune directive, il doit se mettre dans un coin et s’occuper avec ce qu’il a le droit de faire. Dans un si grand laps de temps (un week-end entier) il arrive fatalement une lassitude temporaire. Autant en profiter pour s’occuper avec un livre ou son portable.

Que doit faire le dominant lorsqu’il n’a plus envie de s’occuper, temporairement, de son soumis ?

Rien. Je pense que ce n’est pas sortir du jeu de rôle D/s que d’exiger d’être tranquille un certain temps, de regarder la télé ou jouer à un jeu. Dans ma conception, peut-être erronée, je pense que le dominant doit rester égocentrique et exiger des temps pour lui. Après tout, les jeux sont tournés presque entièrement vers le soumis alors pourquoi ne pas laisser l’ennuie au soumis ?

D’ailleurs. Si un dominant expérimenté me lit. Je suis curieux d’avoir son avis. Les commentaires sont ouverts ! 🙂